Skip to main content

Soutenir les scouts et les familles frappés par la répression du COVID-19 à Nairobi

norway 01 covidLes effets du virus COVID-19 en cours ont été dramatiques, causant de graves problèmes de santé, des restrictions strictes en matière de déplacement et de graves problèmes financiers dans le monde entier. En tant qu’individus, nous ne pouvons pas résoudre tous les problèmes pour tout le monde, mais nous pouvons au moins essayer de les réduire pour certaines personnes. Les Guildes de St. Georges de Norvège (SGGN) ont soutenu au cours des années précédentes quelques projets scouts de construction à Nyeri, au Kenya.

Lors de visites à Nairobi, nous avons rencontré des scouts au St. Johns Community Centre, situé dans le bidonville de Pumwani. L’ancienne chef scoute Astrid Hareide entretient un contact courant avec les scouts de Pumwani et coordonne un projet de soutien norvégien, visant à couvrir certains de leurs besoins en équipement, tels que les uniformes scouts.

norway 02 covidLorsque la pandémie de COVID-19 a frappé le Kenya, des restrictions de voyage très strictes ont été introduites qui ont provoqué un arrêt brutal pour tous les petits emplois dont dépendait l’économie des habitants de Pumwani. Astrid a lancé un projet d’urgence visant à fournir une aide alimentaire immédiate et à court terme aux scouts et à leurs familles et a mis au défi tous ses contacts de fournir un soutien financier. Les chefs scouts locaux emballent et distribuent des sacs contenant des aliments de base (repas de maïs, huile de cuisson, sucre et thé) pour une famille pendant une semaine.

Traditionnellement, le SGGN préfère soutenir des projets ayant des effets concrets et à plus long terme, mais il s’est rendu compte que dans la situation actuelle, des efforts ayant des objectifs plus immédiats étaient clairement nécessaires. Nous avons donc informé tous nos membres du projet et les avons invités à contribuer. À ce stade, nous ne savons pas combien de temps le manque d’emplois frappera les habitants de Pumwani, mais nous espérons que des règles de voyage futures moins strictes augmenteront les possibilités d’emploi. Il est également à espérer que les autorités kényanes seront en mesure de fournir une aide humanitaire, réduisant ainsi le besoin d’aide étrangère. À l’heure actuelle, cependant, nous continuons à inviter nos membres à poursuivre leur contribution.

 

Ajouter un commentaire